Twix ©

23.09.2010

Aujourd'hui dans la catégorie "Toi aussi deviens LA Blogueuse Mode" : les doigts en Twix © 

Prochainement dans cette même catégorie : "FAQ" et le copyright.

Avant de devenir La Blogueuse Mode, j'avais pris, dans ma jolie ville, cette photo.

Yo_twix

Je passais par là et j'avais été saisi par ce beau regard.

Non, ne pars pas ...

Je me suis souvenu de cet instant il n'y a pas longtemps. Quelques pixels qui ont ravivé un souvenir ému, mais douloureux, qui était resté tapi dans mon inconscient :

1992, dix-huit après sa création en 1974, Mars INC. commet un crime contre l'humanité en changeant d'un coup de baguette magique Raider en Twix.

Une faute de goût terrible, qui me laisse aujourd'hui encore inconsolable. Comme tout trentenaire qui se respecte.

raider

Bande d'enfoirés ...

Heureusement, le principal demeure. Ce slogan parfaitement entêtant ...

raider2

Un slogan choc, qui a du donner des ulcères à plus d'une diététicienne. Un slogan que doit désormais mimer toute blogueuse mode qui se respecte. Et j'espère que, toi aussi, tu t'en sens capable.

Et puis, Sajuliette m'a tendu une perche ...

Si toi aussi tu veux devenir LA Blogueuse Mode, lis attentivement ce qui suit.

Commençons par l'objectif à atteindre :

v_sign_hwang_mi_hee_03_420x540

Bon, tu n'es pas obligée de prendre cette moue tout de même ...

Comme tu le vois, ce n'est pas bien compliqué. Mais il y a tout de même quelques règles à respecter.

Je t'avoue, fidèle lectrice, que je cherche toujours à comprendre le sens profond de ce signe de ralliement. Mais j'ai confiance en vous pour m'éclairer. Je ne peux me résoudre à concevoir que cette mimique ne soit singée sans un mécanisme complexe derrière tout cela. J'imagine qu'il doit s'agir d'un signe de ralliement, qui rayonne de valeurs sincères et pures.

Mon hypothèse est la suivante. Ce serait ça, mais en fashion.

SNN0927WIN_682_842010a

Winston te salue bien bas.

Soit, en temps de guerre, un symbole de victoire, et en temps de paix, un symbole de paix et d'harmonie, mais plus fresh.

Non, ce n'est pas contradictoire.

Donc, j'imagine qu'il s'agit de retranscrire avec les doigts un récent succès ou tout simplement une certaine joie de vivre dans le Marais. Exemple :

" Hiiiiiiiiiiiiiiiiii, mon colis Topshop est arrivé."

Ce précepte acquis, le plus naturellement du monde, tu comprendras qu'il est souhaitable, si tu désires montrer à ton lectorat tes nouvelles bagues, de faire une rotation de 180° du poignet.

Là si tu ne comprends pas, tu peux vérifier à nouveau l'objectif à atteindre.

Suite à une récente étude à prétentions scientifiques menée par mes soins cet après-midi, j'ai constaté que l'angle idéal entre le majeur et l'index devait être compris entre 15 et 30°.

Copie_de_Dessin1_Model

En effet, au-delà de 30°, cela devient parfaitement inconfortable et tu risques la tendinite.

Et qui dit tendinite, dit difficultés à utiliser à pleine puissance la nouvelle application Polaroid sur ton iPhone.

En deçà de 15°, tu risques juste de ressembler à un scout. Tu n'aimerais pas cela ...

eagle_scout_marshall_watts

Bigre, lui il doit être champion de foursquare vu le nombre de badges.

Je suis certain qu'il est maire de Montcuq.

0° et la connotation sexuelle devient insoutenable.

Voilà, tu peux t'entraîner devant ta glace avant de sortir le trépied et d'immortaliser tout cela. Après tout, ce n'est qu'une question de pratique et, au final, la symbiose sera parfaite.

twix_BM

Avec encore un peu d'entraînement, tu pourras te confronter au double Twix.

Pour découvrir qui a subi ce glaçage chocolat caramel improvisé, tu peux cliquer ici : clic.

Ce billet didactique est dédicacé à Mimnor, Reine incontestable et incontestée des doigts en Twix.

From LABM with love

PS : la variante avec seul l'index outrageusement dressé, chère à Manu, n'est pas approuvée par la SPBM car son esprit DTC a été jugée outrageant. Et puis ça ne met qu'une bague en valeur.



Mon voisin.

21.09.2010

092109_barbour_boxtop

Mon voisin s'appelle Jean.
Cela ne s'invente pas et cela n'a d'ailleurs rien d'une fiction.

Mon voisin a la fâcheuse tendance de confondre la marque de propriété qui sépare son allée de garage de ma pelouse, à savoir une haute clôture, avec un zinc de bistrot. Et il peut rester là un long moment, accoudé pour épargner à ses genoux septuagénaires les cent kilos de son bide. Il me regarde tondre. Et il guette le moment où ma conscience deviendra incapable de feindre plus longtemps le fait de ne pas l'avoir vu.

La première fois où j'ai vraiment parlé avec mon voisin, par pure charité sachant que nous sommes les deux seuls hommes dans un rayon de 200 mètres, j'ai tâché de ne pas m'écarter des deux sujets envisageables pour ne pas qu'un homme de son âge respectable s'immisce dans ma vie. La pluie et le beau temps, au sens propre.

Alors que je récitais les éphémérides, ce brave homme bifurqua sur une pente boueuse. Il m'avoua, comme s'il me parlait d'un problème de limaces sur ses courgettes, qu'il avait un permis de port d'armes. Pas juste un petit papier qui t'autorise à aller faire joujou sur un faux billet de 500€ , mais bien un vrai truc de fermier texan, qui l'autorise à porter une arme en permanence sur lui.

Mon cœur balança entre un énorme "mais pourquoi faire ?" agrémenté de quelques coups de râteaux (mais il avait un flingue) et une subite envie d'embrayer sur les possibles gelées nocturnes. J'ai coupé la poire en deux, en lui glissant docilement que, dans mon cas, ce serait totalement inconcevable, vu que j'ai des enfants en bas âge. Grave erreur, le politiquement correct ...

  • "Je vais te dire quelque chose Thomas. J'ai toujours eu des armes chez moi. Et quand mes enfants étaient petits, ils savaient dans quelle armoire elles étaient rangées. Et pas besoin de fermer l'armoire à clef."
  • "Ah bon ? (et ta femme, tu la fermes à clef connard?)"
  • "C'est simple. Je leur disais : "Tu touches à ça, je te casse le bras !"."

J'ai hésité entre lui prêter un dvd de Michael Moore et lui pardonner sa libre interprétation des propos de sa contemporaine Françoise Dolto. J'ai fait semblant qu'on m'appelait pour dîner.

Depuis, je le vois de temps à autre partir à la chasse, avec son éternelle veste Barbour sur les épaules. Je me planque derrière mes bambous en craignant de devoir endurer l'épisode 2 : "Comment je fabrique mes cartouches dans un poêle Téfal comme le père de Marcel Pagnol?". Et je me dis qu'il n'y a vraiment que des troufions à Range Rover, qui vont promener leurs bouviers bernois dans les bois deux fois l'an, et lui, pour porter ces immondes vestes Barbour.

L'histoire aurait pu s'arrêter là.

Sauf que ...

Ah bien sur, il y a Camilla Parker Bowles.
Et là on glousse devant son look très terroir de bourgeoise défraichie.

camilla020308_468x840

Oui mais voilà, il y a ça aussi.

alexa_chung_in_Barbour_Jacket

Et le problème avec Alexa Chung, c'est que c'est un peu la Betty du riche.
Comme me disait il y a quelques mois une lectrice : le soucis avec Betty, c'est qu'elle est tellement jolie qu'elle pourrait s'habiller avec un sac poubelle, ça passerait toujours bien.

Je serai un peu plus nuancé : pas un sac poubelle, une couverture de survie. Dorée. A sequins.

Bref, tout comme Betty ferait gober à ses lectrices qu'un sarouel turquoise est "amazing", Alexa y va aussi de son influence.

Et voilà que Tata Lily fait des infidélités à Karl. Et que Peaches Geldof tapine sur les foires agricoles.

barbsplit2DM0203_468x582

Tout cela est bien mignon pour aller boire quelques bières dans les coulisses du boueux Glastonbury.
Ce petit air délicieusement "je suis une ado rebelle, mais de bonne famille, qui pique la veste de papa quand je m'échappe la nuit pour aller me faire péter la rondelle dans les faubourgs londoniens".

Et à nouveau, on aurait pu rigoler de ces petits faux pas venus d'Outre-Manche.

Sauf que ... (bis)

Olivia_Palermo_in_a_Bedale_jacket

Voilà que désormais, le coton ciré qui plaque et qui pue se porte avec des wedges et du micro-short en jeans.
Et qu'il envahit les villes et délivre ses douces odeurs rances dans les rames de métro.

Enfer et damnations. Il ne manquerait plus qu'une moche ceinture Moschino à grosses lettres dorées.

Alors, les filles, avant de succomber à ce truc so rock so cute et so 2010, mais qu'on essayait déjà de nous refourguer en 2008 et en 2009 et même avant, j'espère que vous aurez une petite pensée pour mon voisin, et que vous vous souviendrez que Barbour, c'est et ça restera avant tout ça :

092209_barbour_learn_more

Et, par la même occasion, que l'on arrête de justifier ça avec des verbes genre "s'amuser avec", "détourner" ou "dédramatiser".

J'ose croire que mon voisin ignore que je suis LA Blogueuse Mode.
Sinon je risque d'avoir mon joli petit cul truffé de chevrotines.
Je vais anticiper, et lui offrir un cadeau. Ce sera utile, pour garder sa femme "waterproof" et sa bite "strong".

barbour_wax_dressing_52_p


Nous sommes le 21 septembre, prémices de l'automne.
Le soleil s'est levé à 7h27.

Aujourd'hui nous fêtons les Matthieu et les Deborah.

Et, cela tombe bien, car comme expliqué dans mon billet précédent, ce message est le résultat d'un défi lancé au Professeur Debbie. Le thème imposé, déniché initialement par le Prof', était "Barbour" et je vous invite dès à présent à lire chez elle son article, qui sera, comme toujours, à n'en point douter un petit bijou qui va me foutre la honte. Et que je m'apprête aussi à découvrir.

Que la force du coton ciré soit avec vous.










#FF @PrDebbie

09.09.2010

SPDM_low

Comme toute blogueuse mode digne de ce nom, je suis parano il m'arrive de surveiller les statistiques de mon blog. Force est de constater que mon "nom de domaine" et donc mon pseudonyme, si innocemment choisis (huhu), me gratifient de nombreuses requêtes Google de types :

  • "blogueuse mode"
  • "blogueuse de mode"
  • "définition blogueuse mode"
  • "devenir blogueuse de mode"
  • "la meilleure blogueuse mode"
  • "hymne à lablogueusemode" (nan, en fait ça c'est un trip narcissique)

Tout cela représente tout de même plus ou moins 15% de mes innombrables visites (oui oui oui). Avec des pics pouvant atteindre 50% quand ils diffusent "Un dîner presque parfait" avec une blogueuse mode dedans.

Ne crachons pas dans la soupe, ces visites insolites me font légèrement jubiler. Mais bon, cela me chagrine aussi de voir qu'à cause de mon satané référencement, ces curieux (curieuses et curieux, bien le bonjour) repartent les mains vides et certainement l'esprit un peu plus englué si ils ont eu le courage de lire un de mes billets.

Réparons donc, dès à présent, cette injustice.

Qu'est-ce qu'une blogueuse (de) mode ?

J'étais déterminé à écrire une définition impartiale mais drôle. Je n'y suis pas parvenu.

Sans doute toujours cette récurrente histoire de pénis.

C'était sans compter sur la tolérance dont fait preuve Frieda à mon égard. Voici sa définition :

FriedaLecuyere @lablogueusemode : femme jeune (quoique pas forcément) mettant en scène ses achats compulsifs sur le net, ego en bandoulière, pieds en dedans

Grandiose et méritant quasi le dépôt d'un brevet.

J'imagine que tu auras compris que lorsque Frieda parle d'achats compulsifs, elle ne parle pas de macarons Ladurée mais bien de fringues, sacs à main, vernis à ongles avec des noms bizarres, ...

Et en ce qui concerne le terme "pieds en dedans", rien de tel qu'une illustration :

http://madisonetjenifer.tumblr.com/post/523039775/pour-et...

Amie utilisatrice de Google, maintenant que ta soif de savoir est épanchée, sache que je te remercie du fond du cœur pour ta visite. Reviens donc vite.


Debbie_Harry_III

Il y a quelques mois, alors que ce blog n'en était qu'à ses prémices, je découvrais, bercé de blogs en blogs, l'antre du Professeur Debbie. J'ai tout de suite "kiffé ma race" et eu envie de faire des poses subtiles avec mes doigts en Twix.

Comment, par exemple, ne pas avoir envie de couvrir le Professeur de pétales de roses après la lecture de ceci.

Pas certain néanmoins que le Professeur apprécie les pétales de roses.
Le Professeur aime la mode et en parle parfois. Le Professeur aime les blogueuses mode et elles le lui rendent bien.
Le Professeur figure dans la liste des "gens drôles" et accessoirement tarés de Eve et ce n'est pas pour rien.

Je me souviens, non sans une certaine émotion, du jour où j'ai intégré le blogroll du Prof'.
Ce fut l'occasion de notre premier échange verbal et je me remémore parfaitement ce que le Professeur m'avait dit.

C'était en pleine guerre froide Coline vs. Bebert. (hello vous deux)

Un truc un peu sanglant qui fit quelques dommages collatéraux.
Puis tous se donnèrent plein de bises et allèrent courir nus dans les prés.

Bref, ce que me confia le Professeur ce jour là me donna envie de la considérer comme mon baromètre personnel.
Une sorte de héros quoi, qui serait tapi dans l'ombre et qui surgirait pour me coller une petite claque sur l'occiput si, d'aventure, je venais à dépasser les bornes. Une véritable conscience.

Celle qui me permet de ne jamais oublier la nécessaire dose de tendresse (copyright : Marie) à l'égard de mes blogueuses favorites. Bigre, je vais bientôt jouer aux petits poneys moi.

Soit.

A ce titre et en vertu des pouvoirs que je me suis attribués par la ruse, j'ai décidé de nommer le Professeur Debbie Présidente (ou Administratrice déléguée si tu préfères) de la S.P.D.M., Société Protectrice des Blogueuses de Mode.

Je pense qu'elle a accepté d'endosser cette lourde responsabilité pour veiller sur le pérennité de la blogosphère mode.
Tu peux, toi aussi, rejoindre ce combat en me piquant délibérant la chic image qui trône au début de ce billet.

Depuis que je lis le Professeur Debbie, je voue un culte sincère à Violette. 1 2 3 4 5 6 7.
J'aime aussi échanger quelques mots avec Balibulle.
Et j'ai même bien envie de m'acheter une parution de Causette.

Amen.

Tout cela pour te dire, ô fidèle lectrice (lecteur) que j'ai provoqué le Professeur en duel et que ça va être douloureux.

Rendez-vous chez elle et ici même le 21 septembre pour voir ça de tes propres yeux. Oui, le jour de l'automne.

PS : sache lecteur à l'esprit torturé que cette fête du link n'est pas destinée à destituer Betty de la plus haute marche du podium Wikio mode. Ça non.