Le père Noël est un poney ...

12.12.2010

Aujourd'hui dans la catégorie "Toi aussi deviens LA Blogueuse Mode" : la veste norvégienne.  

Prochainement dans cette même catégorie : "FAQ" et le copyright.

funny_norwegian_got_moose_elk_sticker-p217627104075954345q0ou_400.jpg

Votre rôti de renne, saignant, à point ou bien cuit ?


Ta cape prend l'air ?

Ton bombardier pique du nez ?

Papa en a marre de te prêter son duffle-coat ?

 

Il est temps de te démarquer, de lancer une nouvelle tendance improbable.

Adopte, sur les pavés, avec ou sans neige, le style tout droit venu de Megève.

 

Napapijri a pensé à toi pour braver l'hiver.

En finlandais Napapiiri, signifie "Cercle polaire Arctique". Ça peut servir dans la vie. 

Les Italiens qui ont créé la marque, en 1987, pas trop doués en géographie, se sont légèrement plantés, et ils ont été foutre plein de petits drapeaux norvégiens partout. Ça commençait bien ...

 

La veste Napapijri, communément appelée veste norvégienne, c'est un peu comme la crème pour les mains Neutrogena. On te colle un fanion norvégien dessus pour bien te faire comprendre que ça fonctionne. Et toi tu ne te poses pas la question de savoir pourquoi la Norvège, parce que tu te dis que les Norvégiens ne doivent pas avoir facile tous les jours en hiver et que même ça doit arriver qu'ils se les gèlent sévère. 

 

napapijri_annoraaq_skidoo_qernertoq_kr._4.299,00.jpg

Remarque le professionnalisme du photographe qui ne nettoie pas son capteur, et qui en plus ne retouche pas les poussières grosses comme des poings. Sans parler du fond ... 

 

Te voilà à présent gaulée comme un saumon pas encore fumé qui file à toute allure au fond des fjords.

Un joli bandeau fleuri pour déjà annoncer le printemps, 3 ou 4 renards méchés chez Franck Provost autour du cou, c'est un large sourire assuré pour braver le thermomètre dans le cul


napapijri_annoraaq_skidoo_qorsorpaluttoq_kr._4.299,00.jpg

Des courbes délicatement soulignées par une coupe parfaite.


Note également la belle tentative d'incorporer un cordon pour cintrer un minimum l'ensemble et lutter contre le phénomène taille de Viking et les rangements dignes d'une Kangoo.

 

Tu désires adopter ce look casual mais tu ne désires pas claquer 480 boules (O_o) ?

 

Sache que cette veste est tellement désirable, qu'elle est également disponible en version contrefaçon dans tout bon marché de Noël qui se respecte. Tu la trouveras facilement à l'échoppe située entre celle du gars qui vend des santons avec des couleurs de Teletubbies et le chalet de la dame qui vend des lampes en cristal de roche et des brûleurs d'huiles essentielles.

 

Quelques vins chauds sont toutefois recommandés avant cet achat qui ne contribue pas à la bonne santé du PIB de la Norvège. Et en parlant de Norvège, finissons sur une note musicale : 

 


 

Je dédicace ce premier billet dans mon nouveau chez-moi à Manu.

Passe chez elle, il y a du concours de blogueuse mode pour l'instant.  

 

"Un bandeau en dentelle ancienne ..."

11.11.2010

Non, mais franchement quoi :

"Un bandeau en dentelle ancienne ..."

 

Extrait de l'émission 100% Mag diffusée sur M6 le 08/11/10



Apple Store

16.10.2010

J'ai récemment lu que la blogueuse mode devenait une marque.

Et comme toute marque, elle se doit de conquérir et de fidéliser une clientèle.

A cette fin, tous les supports disponibles sont bons à prendre.

Si tu n'as pas la chance d'être placardée sur des posters à tous les arrêts de bus, Steve a pensé à toi pour développer ton cercle de relations. Avec l'iPhone, tu pouvais partager ta vie en temps réel.

Avec l'iPad, tu peux désormais conquérir le monde.

En effet, avec un investissement de base relativement restreint, tu peux développer une application qui enchantera tes fidèles lectrices et qui reflétera fidèlement ta personnalité 2.0.

Un nouvel horizon peut s'ouvrir à toi sur l'Apple Store.

Deux petits exemples (tu as le droit de cliquer pour agrandir l'image de ces version beta non officielles)

ipad_charl_ne

http://twitpic.com/2y7q8p/full

Le premier ne brille pas par son bon goût et son professionalisme, mais, en revanche, jouit d'outils très pointus qui te permettront de transformer ta tablette en véritable guide vers un succès mérité.

En haut à gauche, des raccourcis rapides vers des outils indispensables. L'outil Zwan permet par exemple de briller en société, en évitant de passer pour un boudin. Il prodigue des conseils pointus. Exemple : comment tremper sa saucisse dans la moutarde sans ruiner sa french manucure. L'outil H202 permet de connaître à tout instant le cours du galon de peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée) : indispensable pour éviter les racines disgracieuses dans ta blonde crinière.

Par ailleurs, le multitâche de l'iPad te permet de consulter à la vitesse de l'éclair des informations indispensables qui peuvent être sans cesse renouvelées. Par exemple :

  • eBay Hong-Kong, ou le temple du luxe et de l'authenticité.
  • Saga Chihuahua, tout pour ton Pokémon.
  • "Comment fumer la pipe ?", mode d'emploi indispensable si tu éprouves quelque difficulté à obtenir un siège au premier rang des défilés.
  • Le Bescherelle illustré : un mot compliqué devient une image. Magie.

 


 

ipad_gardon

http://twitpic.com/2y7qp6/full

 

Second exemple, élégance avec juste une pointe de doré Moschino. 

Cette application brille par sa sobriété et sa simplicité. Elle te permet, à tout moment, d'avoir une vue sur ton nombril. De plus, l'outil loupe permet d'en explorer les moindres recoins. Sait-on jamais, peut-être que tu y feras de belles rencontres. J'y ai croisé Crystal Renn ce matin ...

A toi de jouer !



Dans Moschino, il y a moche ...

07.10.2010

Je vous parle d'un temps que les gens qui n'ont pas connu la disquette 5" ¼ ne peuvent pas connaître.
Et même bien au-delà : disons l'Antiquité. Ouais, rien que ça ...

A cette époque, la ceinture avait, avant toute chose, une utilité :

belts_motivational_funny_image

Puis l'ornement l'emporta sur le fonctionnel. Souvent.
Et la ceinture, et la boucle qui l'accompagne, devinrent purement décoratives.

michaeljacksonsuit

Pas très facile à repasser et peut niquer ton sèche-linge.
Mais du plus bel effet avec des Walinette's blanches.

Parfois même, le support de messages profonds. Très.

4809pc

Rasé(e) de près.

got_beer_belt_buckle_bottle_opener

Une petite bière ?

buy_atari_model

Tu veux toucher mon gros joystick ?

windows

Steve Jobs est mon gourou.

villagestreetwear_2125_2195874933

Une petite clope ?

Tout cela est bien sympathique, et les exemples pourraient être bien plus nombreux.
J'ai décidé de vous épargner un minimum tout de même.
Car, je le concède, tout cela n'est pas du meilleur goût.

A propos de "bon goût" d'ailleurs, début 2010, une alerte retentit Outre-Atlantique.

Le retour, suite à un tour de passe-passe dont le mécanisme m'échappe, d'une abomination tout droit sortie des 80's. Sauf que genre même Rumi en porte une tellement c'est beau trendy.

Du doré, de gros lettrages, la classe à l'Italienne. 
Beau comme Madonna sur une affiche D&G.
Du bling et du bling.
Et puis ludique aussi : genre tu peux faire coulisser les lettres.

il_fullxfull

Cette classe ou quoi. C'est une vintage ? Waouh, trop la classe ...

Sauf que l'épidémie de grippe ovine traversa l'Océan, et frappa de plein fouet la blogosphère.
Et frappe encore ...

Moschino_collage_copie
Mille excuses à Slanelle ...


Alors, si tu n'es pas un cowboy qui porte des chemises Isabel Marant

Cowboy_belt_buckle

sache que non, contrairement à ce qu'Asos voudrait faire croire avec ses traditionnelles pâles copies opportunistes, ce n'est pas ça LA MODE

moschino_belt_letters_asos

ça, c'est juste MOCHE :

MG_9562

Alors, par pitié, ne succombe pas.
Sinon tu seras obligée de porter un sac Guess ("le Moschino du pauvre") pour assortir :

121_guess_bag

Je dédicace ce billet à Hak' : elle aime aussi beaucoup les ceintures Moschino.



Petit break (ou pas)

28.08.2010

Chose promise, chose due.

Facebook
Et oui, votre LaBM est aussi sur Facebook ...

Je vous en parlais il y a déjà une vingtaine de jours, mais la maturation fut un peu longue. Et je suis bien obligé de confesser le fait que je n'ai trouvé aucune excuse valable pour m'en excuser.

Soit, voici enfin mon défi vidéo relevé.

Pour ceux qui débarquent et qui auraient la légitime impression de visionner une mauvaise série B, je vous rappelle que le projet est expliqué ici : http://berengere-est-derangee.blogspot.com/2010/08/we-wer...

J'en profite pour "remercier" les 3 autres tarés à la base de cette gentille parodie. J'ai nommé :

- CerizZ
- Bonnie Parcoeur
- M1

Merci aussi à ma tendre et chère pour les délicats prêts issus de son shoesing (et hop, un Gaviscon, un) et de son dressing. C'était ma foi bien urbain, surtout avec tout ce qu'elle endure ^^

J'avouerai par contre, sans honte, que le slim m'appartient vraiment.

Enfin, merci à Kenza, pour sa fraicheur et son sourire qui illuminent la Blogosphère.

BIG UP.

D'avance, j'ose espérer que vous aurez l'amabilité de m'excuser pour cet accent qui va heurter vos tympans, le petit passage un brin venteux,

et puis ... euh ... voilà.




10 conseils pour Twitter / tweeter

02.06.2010

Aujourd'hui dans la catégorie "Toi aussi deviens LA Blogueuse Mode" : 10 conseils pour Twitter 

Prochainement dans cette même catégorie : "FAQ" et le copyright.

twitter_love_728082

Source : http://emptyfield.com/blog/archive/2009_04_01_emptyfieldblog_archive.html

Pas plus tard qu'hier soir, j'atterrissais via Twitter sur le blog de "Je ne suis que Lola".

Et comme j'étais en plein débat philosophique avec ma bouteille de bière, cette visite de courtoisie s'est transformée en réflexion profonde et surtout capitale :

Qu'est ce qui fait qu'une blogueuse mode se démarque, sort de la masse et devient "influente" ?

En fait, je n'en sais strictement rien. Bon, il y a bien la catégorie de celles qui génèrent de l'audience à grands coups de concours et de bons plans, mais les autres ?

Bon en fait, je m'en fous un peu beaucoup, mais je me mettais à la place de Lola.

20 ans, jolie, de l'allure, une belle maison, un jardin bien entretenu : est-ce que cela suffit encore pour gagner ses galons ?

Soit ...

A défaut d'avoir la réponse, je me devais de fournir une astuce.

Enfin plutôt 10 conseils, issu d'une liste non exhaustive que je concocte depuis un moment, pour tweeter comme une blogueuse mode influente.

twitter_power_005

Car, oui, il ne suffit pas d'être abonnée à 10 personnes tout en étant suivie par 1500 aspirantes pour user correctement de Twitter. Dans le désordre :

  1. annoncer à tout bout de champ avoir reçu une bonne nouvelle. Accommoder le tout avec une bonne dose de superlatifs : "la meilleure nouvelle depuis longtemps". Montrer aussi que l'on galère grave : "enfin une bonne nouvelle".
  2. se plaindre des délais de livraison de e-shops. Utile pour prévenir de l'arrivée imminente de nouveaux invités dans le dressing. Ne pas hésiter à agrémenter de plaintes quant à la taille du dit dressing qui déborde : cela annonce l'arrivée de nouveaux articles sur le vide-dressing.
  3. s'insurger comme le fait d'être trop sollicitée. Indispensable pour prouver que l'on refuse des partenariats par "éthique". Ne pas hésiter à dénoncer un manque d'exclusivité : je mérite de l'invitation personnalisée.
  4. en avoir marre de voyager. Ne pas hésiter à accabler la SNCF. Glisser au passage que c'est chiant de faire sans arrêt sa valise. Faire un décompte tout de même pour l'heure du prochain départ.
  5. invoquer sans cesse le manque de temps. Montrer que l'on est obligé de se sacrifier en renonçant à l'une ou l'autre vente-presse. Chérir les futures vacances à NYC.
  6. demander à ses consœurs influentes comment taillent des it-trucs à deux zéros. Pour ce faire, toujours chausser une pointure 1/2. Si possible dénicher un truc inconnu.
  7. tweeter chaque fois que l'on commande / mange des sushis. Soit un jour sur deux. Très tendance.
  8. être Mayor sur foursquare de son coiffeur. Ou de son esthéticienne. Ou de la pharmacie du coin. Montrer que l'on sort de chez soi.
  9. faire des petits sondages express. Donner une importance toute relative à son auditoire. Se montrer ouverte. Alors, quelle couleur je prends pour mon Su-Shi ?
  10. parler des autres comme étant "les gens". "Les gens" sont fous, impolis, sans gêne ... Cerise sur le gateau : un petit #ausecours de derrière les fagots.

Lola, tu sais ce qu'il te reste à faire ...



Renoncement

14.05.2010

Aujourd'hui dans la catégorie "Toi aussi deviens LA Blogueuse Mode" : le renoncement

Prochainement dans cette même catégorie : "FAQ" et le copyright.

Si toi aussi tu veux devenir LA Blogueuse Mode, tu devras apprendre à renoncer ...

Renoncer à ta propre estime, en faisant passer la pilule sous le compte de l'humour et des pirouettes.

Il te faudra payer de ta personne, car au fond l'argent n'a pas d'odeur ...

Dim800

Et grâce à mon DIM Wonderbite, aucune gonade n'est sortie de mon panier ...

Bientôt en vidéo avec plein de la musique des Ting Tings et de roulade dans l'herbe ...

#ausecours



Coquillages et crustacés 1/2

04.05.2010

Hier soir sur Twitter, on causait huitres avec les copines.
Le pouvoir érotique du truc et tout et tout.

Accessoirement, j'ai aussi papoté quinoa avec Marie.
(et comme c'est vraiment une chic fille j'ai eu envie de la linker).

Et toute cette gastronomie a même réussi à m'inspirer un billet ^^
Le genre de truc que tu structures déjà dans ton sommeil et pour lequel tu as quasi envie de te relever pour ne pas perdre le fil.

Et comme toute la presse féminine est dans sa traditionnelle passe

" 3 kilos avant l'été "

j'ai tout simplement eu envie de causer maillots de bain.

Oui je sais, le rapprochement avec les huitres est étrange ^^

Je m'étais promis de ne pas parler Eres, mais comme je suis un vil chacal, je vais encore retourner ma veste.
Car quoi de plus logique que de commencer ce billet par le top de chez top.

Je me suis donc un peu documenté sur le truc. De bien jolis communiqués de presse qui te donneraient quasi envie de te faire pousser les nichons et de te faire excaver le corps caverneux ...

J'ai retenu que la maison avait été rachetée par Chanel.
Ceci explique peut être le fait que visiblement les maillots Eres ne se portent que sur un cintre ou un buste mannequin ^^

Pour un prix oscillant entre 15 à 20 kilos de bons steaks de bœuf, vous aurez accès à ce petit morceau de lycra qui reçoit unanimement tous les superlatifs : meilleure coupe, meilleure matière et meilleure durée de vie.

Ce dernier point m'amuse un peu car je n'imagine pas trop une fille portant un bikini Eres se faire râper le cul sur un toboggan à Aquasplash ^^

Ni même faire du body board d'ailleurs ...

Image_1
Cette dame aux aisselles impeccables guette le retour de son marin de mari.
Pour l'occasion, elle a décidé de faire don de son corps et s'est affublée d'un beau ruban cadeau.

Le maillot Eres résistera-t-il aux sécrétions ?

Je n'ai par contre pas grand chose à dire sur l'appropriée sobriété du truc.

Pas de gros logo, rien ...

Pas besoin me direz-vous, Eres c'est plus un état d'esprit, un ressenti ... Bla bla bla ...

Même avec un prix au gramme équivalent à celui du safran, ça reste tout de même comparable à la peau d'un saucisson ...

Bon, ça a beau être bien joli et très chic, il y a tout de même un petit truc qui m'énerve.
Déjà le site internet de la marque est pire qu'un chemin de croix ... Une plaie ...

Mais alors, que dire de ce snobisme à la con : le maillot ci-dessus n'est pas beige, il est "papyrus".
Qu'on arrête avec ce genre de conneries : on se croirait chez le concessionnaire Peugeot en train de choisir la couleur de sa carrosserie ...

*** edit : j'oubliais le point essentiel ==> "ça taille petit" ^^ ***

Soit quittons luxe et volupté pour vous donner un avant goût de la suite ...
Car oui, il y aura une seconde partie.

Passons donc maintenant au maillot moins caviar mais plus compétition ...

beard_speedo


Bon ok, question élégance, avec ces écailles de requin et tout, on a vu mieux.
Notez tout de même le fin liseré cactus jaune.
Mais bon, ce truc est taillé pour battre des records du monde de 50 mètres nage libre, pas pour siffler des "Sex On The Beach" à Saint-Trop' ...

Ce modèle ultra sportif existe aussi dans une version moins intégrale mais tout aussi sexy.
Avant de valider ton panier, n'hésite pas toi aussi à cocher l'option "augmentation mammaire".

nouveaux_seins_laure_manaudou
Ce serait tout de même plus joli avec une paire de Tom Ford ^^

Assez de chair pour aujourd'hui : la suite pour bientôt ...

Have a nice day ^^


Crédits photos : Eres
Speedo



Grosse tartine sans Nutella

17.04.2010

nutella

À force de lire de jolies choses, pertinentes en plus, comme chez Bulles d’infos ou encore M1 (pour ne citer qu’eux), l’idée d’un « vrai » billet me titillait depuis un petit moment. N’ayez crainte, ce sera une exception quant à ma ligne éditoriale à laquelle je ne compte pas déroger …
Oui, sincèrement, la futilité et le second degré sont plus ma tasse de thé …
Et ma foi, je commence même à parfaitement l’assumer.

Ce matin en arrivant au bureau, encore un peu grogui du grillage de neurones que je m’étais imposé hier en regardant TF1, je découvre un tweet de ma tendre et chère :

Nouvelles blogueuses en soif de célébrité: racolage et partenariats stupides ne rendent pas votre blog influent, ils le rendent chiant! #aie

Sur le coup forcément je me dis qu’elle est certes chère à mes yeux, mais pas toujours tendre ^^
Mais sur ce point, force est de constater qu’on partage le même avis.

Petit intermède d’ailleurs pour rappeler que mes propos n’engagent que moi et moi seul.
Tout comme il serait navrant réducteur d’assimiler mes propos au premier degré de façon systématique, il serait tout aussi désespérant triste que mon « humour » un poil caustique ait des retombées négatives sur ma moitié …


Continuons donc en toute quiétude (après tout, vous n’êtes pas des enfants …).

Un second tweet arrive quelques minutes plus tard :

@colineh celles qui pensent que les sponsors apportent la crédibilité & pas la crédibilité qui apporte des sponsors #jeveuxtropêtreinfluente

Je n’aurais pas trouvé de mots plus justes ^^

Heureux hasard, voilà qu’encore un peu plus tard, Mindalicious, toujours sur Twitter, poste un lien vers un beau billet :

« Confusion des genres ».


Je lis, je relis. Je décortique quasi.
L’éternelle polémique des billets sponsorisés.

Et oui, rien de neuf sous le soleil, mais un sujet sur lequel (et c’est encore plus vrai depuis ma sortie du tombeau) j’avais sincèrement envie de m’épancher. N’y voyez là aucune prétention, mais juste une envie de donner mon avis et de faire un parallélisme (qui vaut ce qu’il vaut) avec mon métier.

Il n’est donc, forcément, nullement question d’un sentiment de détenir la vérité universelle …

Et oui, à force de me lire, on pourrait croire que je suis purement et simplement contre les billets sponsorisés. En fait, non …

Comme vous le savez peut-être, je suis architecte. Un métier qu’il n’est pas évident de décrire en quelques lignes, tellement il est pluridisciplinaire, mais qui demande, et ça je peux vous l’assurer, une rigueur de tous les instants …

J’ai débuté ma carrière il y a 5 ans déjà au taux horaire brut de 6,25 euros. On peut qualifier ça d’esclavagisme oui … Des milliers d’heures et de nombreuses nuits blanches plus tard, me voilà administrateur de la société qui m’exploitait 5 ans plus tôt, à jongler avec des budgets à six zéros et plus.

Vous vous en tamponnez royalement, mais ce petit préambule me semblait opportun pour la comparaison que je désire instaurer avec le billet de Violette. En résumant très fortement (je m’en excuse d’ailleurs) ce billet, on constate qu’il tend à légitimer une évolution qualifiée de normale, et même quasiment de logique, de la blogosphère mais surtout de l’état d’esprit et de « la vie » des blogueuses.

Jusque là, difficile d’y trouver à redire. Le « professionnalisme » a mis un peu de temps à s’installer et, tout comme le laisse sous entendre mon préambule, on est forcément pas dans le même état d’esprit lorsque l’on est rétribué avec deux clopes et un quignon de pain. Bref, une saine maturation …

Tous les jours, dans ma boîte mail pro, je reçois des invitations pour découvrir dans le cadre de colloques et autres petites sauteries tous frais payés, de nouveaux produits qui vont révolutionner l’architecture. En fin d’année, tradition oblige, je ne compte plus les cartons de pinard, les magnums de champ’ et autres agendas en cuir que l’on dépose au bureau.

A nouveau, je suis bien d’accord, on ne refuse pas les cadeaux ^^

Et c’est sans doute ici que le parallélisme entre l’architecture et la blogosphère va montrer quelques signes de faiblesse. En effet, siffler une coupe à la santé d’une entreprise avec laquelle je viens d’achever un chantier ne m’engage absolument à rien.

Je m’explique …

On entend hurler par ci et par là que la blogosphère a perdu son âme quand les annonceurs ont commencé à s’y intéresser. C’est indéniable à mes yeux, mais à nouveau réducteur. Je trouve, au contraire, qu’elle n’est pas encore assez professionnelle.

Je me permets de revenir à nouveau à Violette :

« Enfin, pensez-vous qu’un article sponsorisé sur un blog de fille soit plus condamnable qu’un dossier beauté d’un magazine féminin où comme de par hasard chaque mascara y est décrit comme révolutionnaire ? »

C’est bien là qu’à mes yeux, est la clé du problème …

Soit on considère qu’un blog mode est le reflet des états d’âme de son auteur, qui y partage ses coups de cœur, ses coups de gueule, soit qu’il s’agit d’une régie publicitaire comme une autre. J’imagine qu’il y a chez les blogueuses concernées une réelle volonté de combiner les deux, et d’ainsi continuer à se démarquer des médias plus traditionnels (comme la presse) où les euros ne sont pas étrangers aux coups de cœur. Reste à savoir si préserver cette dualité est, alors qu’elles ont fait leurs preuves, indispensable à leur survie.

Cette indépendance d’esprit est primordiale en architecture. Du moins si on a la prétention de faire de l’architecture de qualité, résolument contemporaine. C’est peut être de la branlette intellectuelle, mais cela n’est possible qu’en demeurant en permanence critique et fidèle à ses principes. Cela n’empêche nullement d’accepter la nouveauté et d’évoluer. Par contre cela évite de sombrer dans la facilité.

Par exemple, en Belgique, toute construction doit être validée par le biais d’un permis de construire. Chaque construction doit donc être visée par un architecte, lui même inscrit à l’Ordre des Architectes. Je vous fais grâce du bla bla sur la déontologie …

Sur le marché fleurissent des sociétés immobilières et autres promoteurs dont la seule priorité est la rentabilité. Pas question ici donc d’imaginer de l’architecture de qualité, mais plutôt des biens qui doivent avant toute chose être rentables. La loi fait qu’ils sont pourtant obligés de faire appel à un architecte pour obtenir les autorisations nécessaires. Vous l’aurez compris : il y a en Belgique des architectes qui vivent confortablement en se contentant uniquement d’apposer leurs signatures sur des plans déjà finalisés, sans y apporter la moindre de forme de créativité.

Dans le milieu, on les appelle les « putes ».

C’est forcément le cas extrême. Mais cela s’applique aussi aux banales invitations à de chics cocktails et autres grands crus avec lesquels on essaie d’influencer notre jugement. C’est certes inoffensif, bon enfant et loin d’être dramatique, mais tout de même …

Ainsi, quand je parle « d’amateurisme », je regrette donc :

(au niveau des annonceurs)

Un manque de créativité et un manque de contrôle. Dans les médias traditionnels, j’aime quand une marque fait appel à une égérie. J’aime cette réflexion qui conduit à identifier une marque à une personne, dont on a acquis la certitude qu’elle véhiculera parfaitement les valeurs de la marque et inversement. J’aime ce choix tranché qui repose sur des valeurs.

J’aime quand Kate Moss se fait gronder parce qu’elle sniffe un peu trop publiquement.

J’aime donc ce marketing à la Chanel.

J’aime beaucoup moins la politique de marques comme l’Oréal, où finalement toutes celles qui font l’actualité le valent bien …

J’aime donc des partenariats comme Punky B et Minelli.

J’aime beaucoup moins quand des marques font appel à des boîtes de communication spécialisées qui se contentent de consulter le classement Wikio et de demander à quelques membres du hit parade de rédiger un billet. Cela crée sans doute quelques chouettes partenariats au final mais ce n’est tout de même pas très audacieux de se contenter d’assurer le service minimum auprès du client, en lui garantissant uniquement une visibilité. C’est de bonne guerre, mais c’est triste …

(au niveau des blogueuses)

Je n’aime pas cette frontière qui tend à s’effacer entre billet d’humeur et billet sponsorisé. Je n’aime pas ces trésors d’inventivité pour contourner le code de consommation et ses mentions légales. Certes l’encart « billet sponsorisé » est rebutant mais il évite toute confusion.

C’est pareil pour la presse féminine (non, je n’ai pas honte de lire la presse féminine) : je déteste ce que l’on nomme « publi-reportage ».

Même mise en page, même ton, aspect rédigé : tout est fait pour que l’on ait l’impression de continuer à feuilleter le magazine sans avoir l’impression d’être interrompu par de la pub. Et parfois, il faut finalement s’interroger, scruter correctement pour apercevoir cette foutue mention « publi-reportage ».

Cela m’irrite et c’est pareil quand je lis un blog.

(dans les deux cas)

Je n’aime pas les plateformes de mise en relation. Oui, genre ebuzzing ou aufeminin.

Certes j’imagine que cela assure des revenus réguliers, mais c’est, selon moi, ce qui rend finalement les blogs moins sincères, et les annonceurs irritants. Il y a ce sinistre contrôle du contenu des billets mais surtout cette diffusion trop massive et trop lissée. Bien sûr, rien n’impose de rédiger un billet sur un produit auquel on ne s’associe pas … J’aimerais croire que cette éthique est systématique mais je me permets d’en douter.

Oh bien sûr, cette longue et inutile tartine rétrograde mérite une conclusion :

« Non ce n’est pas grave, c’est juste dommage … »


À bientôt pour du plus pétillant …

 



J'aime bien les cerfs

30.03.2010



Toutes les notes